Cheveux texturés : reconnaitre son type de cheveu (partie 2)

Accueil » Conseils » Cheveux texturés : reconnaitre son type de cheveu (partie 2)
Cliquer sur la photo pour l'agrandir

On a toutes entendu parler de l’échelle de Walker ou du degré de frisures établi par L’Oréal. Ces catégorisations qui font l’inventaire des cheveux texturés sont-ils pertinents ? Et nous aident-ils vraiment à déterminer les besoins de nos cheveux ? MCA fait le point sur la question.

 

Le mythe du soin par type de cheveu texturé ?

Andre Walker - Cheveux texturés

(c) Echelle d’Andre Walker – Types de cheveux

« D’un point de vue industriel, on est contraints de rester assez large en se focalisant surtout sur la sécheresse du cheveu, et la nécessité de combler les besoins en hydratation et en nutriments plutôt qu’en se focalisant sur le type de courbure du cheveu, explique Bilguissa Diallo, fondatrice de la gamme capillaire naturelle Nappy Queen. La spécialiste nuance : A courbure égale, ou niveau de textures crépues égales, on ne peut pas avoir la même réaction aux produits dans la mesure où il faut aussi prendre en compte la problématique du cheveu poreux ou non, abîmé ou pas, décoloré ou pas. Bref, l’état de santé général du cheveu ». Autant de critères à considérer, qui n’interviennent pas dans la classification de Walker. D’où l’importance de s’en remettre à un professionnel pour établir un diagnostic personnalisé. Sandra, enseignante à l’Ecole de coiffure Saint Louis – l’une des toutes premières écoles à recevoir des modèles afro et à former les élèves à tous les types de cheveux – confirme : « nous utilisons les produits de la gamme Mizani, la marque de L’Oréal spécialiste des cheveux texturés. Et comme pour chaque gamme, les soins qu’on utilise vont être avant tout adaptés aux cheveux légèrement secs à normaux, extrêmement secs et fragilisés ou cassants ». La spécialiste tient à souligner que « les produits de cette gamme dédiés aux cheveux texturisés sont les seuls à être formulés en laboratoire pour répondre aux besoins de chaque type de cheveu, et ainsi obtenir de superbes résultats. Et d’insister : Cette classification de 1 à 8, du cheveu lisse et légèrement ondulé au cheveu texturé crépu, nous permet véritablement de savoir à quel type de frisures on a affaire, quelles soient européennes, métissées maghrébines ou afro. Et d’établir un diagnostic précis pour déterminer quel soin ou défrisage sera le mieux adapté ».

Degré de frisures L'Oréal

Degré de frisures (c) L’Oréal

Selon Bilguissa Diallo, la classification d’André Walker va juste rendre compte que d’un point de vue coiffage : « un cheveu de type 3b ne va pas avoir les mêmes possibilités de coiffures qu’un cheveu texturé de type 4c. Mais dans une optique de formulation de produits et de soins, l’échelle est moins pertinente puisqu’elle reste générique ». Farida B précise : « il existe différentes variations de frisures, certaines sont plus serrées, d’autres plus élastiques. Mais toutes ont besoin d’hydratation, et que celle-ci maintienne l’humidité dans le cheveu et la forme du cheveu.

Cheveux texturés : la prise en compte du coiffage

Impossible par ailleurs de déterminer un soin défini pour chaque type de cheveu en s’en référant à l’échelle de Walker sans prendre en compte les coiffures désirées : « Il existe trois types de coiffures, les coiffures libres avec un séchage à l’air libre, les coiffures réalisées manuellement comme les tresses, et celles confectionnées mécaniquement à l’aide d’un fer à lisser ou un séchoir », explique Farida B. Et en fonction des coiffures escomptées, « l’utilisation des trois groupes de produits, lavants, soignants et coiffants, ne vont pas être les mêmes », concède l’experte. Une idée que soutient Bilguissa Diallo: « Supposons que l’on se base sur cette échelle, c’est compliqué puisqu’à l’intérieur même des différents types de cheveux, il va falloir affiner la méthode d’entretien en fonction de l’effet recherché et de l’état du cheveu ».

La routine capillaire des cheveux texturés : les fondamentaux

On l’a vu, le fondement d’un bon entretien des cheveux texturisés c’est la nutrition en profondeur. La problématique commune aux cheveux texturés : « ce sont des cheveux assoiffés ». Selon Farida B, un cheveu crépu est naturellement sec voire très sec et a besoin d’être nourri à l’aide d’une huile ou d’une crème, pour sceller l’hydratation. Un cheveu plutôt frisé, surtout au naturel, aura besoin d’une hydratation maintenue dans la fibre capillaire, et d’un socle de protection pour que l’air ne vienne pas altérer les bienfaits apportés. Or, chacun de ces types de cheveux n’aura pas les mêmes besoins en termes d’apport nutritifs. Sandra, confirme : « On va retrouver des soins plus ou moins nourrissants, plus ou moins copieux en nutriments, par rapport au degré de frisure et de sensibilité du cheveu. Et d’ajouter : « les différents rituels de soins Mizani correspondent à chaque type de cheveux texturisé. Par rapport au résultat que nous souhaitons, on va évaluer le temps de pose pour chaque type de cheveu, par exemple ». D’après Bilguissa Diallo, il semble également judicieux ou réaliste, d’établir trois grands ensembles de cheveux texturés : les cheveux bouclés, frisés et crépus. Tout simplement.

Au cœur de la routine des cheveux texturés

« Le secret d’un bon soin et d’un beau cheveu, c’est la préparation », rappelle Farida B. La professionnelle avertit sur le fait qu’un cheveu frisé naturel ou défrisé, bouclé ou crépu doit avant tout boire afin que la fibre capillaire se « ramollisse ». « Un masque ne se garde pas 5mn, mais doit reposer longtemps, dans certains cas, toute une nuit, pour ensuite passer au lavage et que le cheveu soit revitalisé et retrouve de sa souplesse ».

 

cheveu texturé afro

(c) Instagram @igobyfrankie

> Pour l’entretien du cheveu texturé crépu voire très crépu, Bilguissa Diallo recommande une routine complète avec un masque avant shampoing, soit l’équivalent d’un bain d’huile, à utiliser une fois sur deux au moment du lavage, puis un shampoing doux à usage fréquent – c’est-à-dire à usage hebdomadaire – un shampoing clarifiant pour un lavage en profondeur à utiliser au moins une fois par mois. Si certaines personnes utilisent des produits très gras de type karité brut, elle préconise d’effectuer un shampoing sur trois, autrement un shampoing sur quatre pour nettoyer la fibre capillaire en profondeur, puis d’avoir recours à un conditioner pour le démêlage hebdomadaire pour ensuite se contenter d’un démêlage au doigt au quotidien. Enfin, l’utilisation d’un lait capillaire et d’un sérum pour hydrater et sceller l’hydratation au quotidien.

cheveu texturé frisé

(c) Instagram @rawcells

> Les cheveux texturés frisés peuvent partir sur les mêmes produits que ceux utilisés par les cheveux crépus mais avec un dosage différent. « Au lieu d’utiliser le lait capillaire tous les jours par exemple, on peut l’appliquer un jour sur deux ou sur trois, le sérum, au lieu d’être utilisé pur, peut être dilué avec de l’eau dans un vapo », explique Bilguissa Diallo. Quant au démêlant, il n’est pas obligatoire et s’utilisera en fonction du degré d’emmêlement.

 

 

cheveu texturé bouclé

(c) Instagram @staaceyhashh

> Pour un cheveu plutôt bouclé, Bilguissa va préconiser l’utilisation d’un masque avant shampoing, à effectuer lors d’un shampoing sur trois, puis l’usage d’un shampoing doux à usage fréquent, sans pour autant avoir recours ensuite à un conditioner dans la mesure où le shampoing doux prépare déjà au travail de démêlage pour ce type de cheveux. Sans oublier le sérum en vaporisateur, mélangé avec de l’eau, au quotidien. Quand c’est nécessaire, le lait une fois par semaine est recommandé par l’experte.

 

 

Vous l’aurez compris, les cheveux texturés sont multiples. Tantôt plutôt bouclés, tantôt frisés ou crépus, ils peuvent révéler, au sein même de ce triptyque, des degrés de frisures différents. L’important étant de comprendre sa nature de cheveux, au naturel comme lisses, pour bien déterminer ses attentes et ne rien négliger en termes d’entretien.

Lire l’article Cheveux texturés: le point, partie 1

Site Farida B

Site Nappy Queen

Site de l’Ecole Saint Louis

>> Plus de conseils à lire ici


SUR LE MEME SUJET

Histoire de marque : la révolution Mizani

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *