Flora Coquerel : ses secrets de beauté !

Accueil » Actualités » Flora Coquerel : ses secrets de beauté !
Cliquer sur la photo pour l'agrandir

Flora Coquerel, Miss France 2014 et digne représentante de la France à Miss Univers 2015 nous a confié ses secrets, ses projets et ses envies beauté. Entretien.

Flora Coquerel a été sacrée Miss Orléanais en 2013 avant de décrocher le titre de Miss France l’année suivante et d’atteindre le top 5 de Miss Univers 2015. Engagée auprès de son association socio-éducative et sanitaire Kélina au Bénin, la belle franco-béninoise globe-trotteuse dans l’âme, passionnée par le stylisme et le secteur de la beauté,  est sur tous les fronts, à 21 ans seulement. Nous avons parlé cosmétique, mode et coiffure avec Flora Coquerel, reine de beauté qui fait montre d’une maturité et d’une simplicité déconcertantes.

Vos cheveux sont naturellement bouclés : quels sont vos rituels d’entretien au quotidien ?

Flora Coquerel : Mes cheveux sont très secs, donc j’essaie au maximum de faire des soins ou des masques à base de produits naturels, comme le beurre de karité pur que l’on trouve facilement aujourd’hui en grandes surfaces. Sinon, j’utilise de l’huile d’olive, de l’œuf, et je chouchoute mes cheveux avec des recettes naturelles.

En représentation ou pendant les concours, vos cheveux subissent le passage de plaques etc. Comment trouvez-vous l’équilibre pour les laisser reposer ?

Flora Coquerel : Quand j’ai fait Miss Univers, mes cheveux ont été brushingués, tirés, laqués tous les jours, donc ils ont un peu soufferts. J’essaie de compenser cela en les protégeant avec de bons produits avant chaque utilisation de plaques pour limiter les dégâts. C’est toujours difficile de conserver ses boucles quand on passe de la chaleur sans arrêt.

Avez-vous une marque de produits capillaires chouchoute pour protéger vos cheveux ?

Flora Coquerel : Ma marque chouchoute est Mizani. J’adore ses produits ! Je les utilise très souvent, que ce soit le shampoing, les soins réparateurs ou les produits qui permettent de préparer les cheveux avant l’utilisation de la chaleur. C’est une marque que j’ai découverte il y a 1an ½- 2 ans, et depuis je ne peux plus m’en passer !

Des adresses de beauté préférées ?

Flora Coquerel : Hapsatou Sy a ouvert son salon il n’y a pas très longtemps à côté de chez moi. J’ai testé certains de ses produits qui sont canons et que j’adore aussi. Après j’ai de la chance d’avoir des amis coiffeurs, donc très souvent je leur demande un petit service et de me couper les cheveux (rires). Autrement, je n’ai pas d’adresses fixes, dans la mesure où il est très difficile d’être satisfaite à 100%. Il y a toujours une fois où cela se passe bien, et la fois suivante on repart déçue. Du coup, je teste un peu partout.

> Lire notre interview d’Hapsatou Sy

Vous voyagez beaucoup, notamment au Bénin pour soutenir votre association Kélina. Comment vous coiffez-vous là-bas, et plus généralement au soleil ?

Flora Coquerel : Quand je voyage au Bénin à titre personnel, je ne fais pas du tout de chichis capillaires. J’attache mes cheveux la majeure partie du temps et me contente de les hydrater. Ma priorité, dans ces moments-là, ce n’est pas d’avoir de beaux cheveux, donc il est vrai que je n’y prête pas une attention particulière.

Est-ce qu’il y a du nouveau concernant votre possible collaboration en tant qu’égérie de la Cosmetic Valley, cette prestigieuse filière française de parfumerie de luxe ?

Flora Coquerel : Pour l’instant il n’y a pas de contrat. Mais c’est vrai que les liens se sont fait facilement puisque la Cosmetic Valley est établie dans ma région, donc j’ai été amenée à rencontrer certains dirigeants. Très vite, de nombreuses personnes ont fait le rapprochement quand j’ai été élue Miss France. C’est un projet qui me tenterait bien, puisqu’il s’agit d’un pole de compétitivité énorme en France qui mérite d’être mis en avant. J’espère un jour travailler avec eux, en tout cas de mon côté la porte est ouverte.

Devenir égérie de beauté reste le rêve de nombreuses reines de beauté et de mannequins. Qu’en est-il de votre côté ?

Flora Coquerel : Oui, j’espère un jour devenir l’égérie d’une grande marque de cosmétique ou autre. Quand on passe par le milieu de la mode, on espère toutes devenir une icône ou l’égérie d’une marque.

Vous avez aussi des projets en tant qu’entrepreneuse beauté : pouvez-vous nous en dire plus sur le futur lancement de votre marque de cosmétiques ?

Flora Coquerel : J’en suis vraiment à la phase de conception du produit. C’est une envie qui m’est venue avant de faire Miss Univers, donc je n’ai pas eu le temps de travailler davantage dessus en 2015. Mais, le développement de ma marque de cosmétiques est un projet que j’adorerais concrétiser en 2016, et qui me correspond énormément. Je dois trouver des personnes avec qui collaborer, ça avance petit à petit. Il s’agira d’une marque dédiée à tous les types de peaux, claires à foncées, avec des produits qui permettront, entre autres, de remédier aux problèmes cutanés comme les tâches.

On vous a vu à plusieurs défilés lors de la Fashion Week de Paris. La mode, c’est aussi un secteur qui vous intéresse ?

Flora Coquerel : Enormément ! A l’origine je souhaitais devenir styliste. La mode m’a toujours intéressée et j’adore assister à des défilés. Pourquoi pas un jour développer une marque de vêtements, mais plus tard. Pour l’instant je m’occupe de mes projets en cours !

Vous êtes très présente sur les réseaux sociaux comme Instagram : comment on communique sur son image quand on est une reine de beauté ?

Flora Coquerel : Je ne me pose pas trop de questions. Souvent on me demande si je poste des photos de moi sans maquillage etc., mais je poste simplement le quotidien d’une jeune fille de 21 ans. La Flora de tous les jours n’est pas ultrasophistiquée ou constamment perchée sur des talons. Sur mon Instagram, on retrouve de tout. J’adore les voyages, donc je publie beaucoup de paysages, quand je pars à droite à gauche, mais aussi ce que je mange (rires). Il y a aussi des photos quand je suis en représentation. Mais je n’essaie pas de suivre une ligne de conduite particulière. Je souhaite simplement faire partager mon quotidien.

Vous qui êtes globe-trotteuse, avez-vous un produit de beauté dont vous ne pouvez pas vous séparer quand vous êtes à l’étranger ?

Flora Coquerel  : J’emporte avec moi des petits flacons dans lesquels je verse mes produits. J’ai toujours un produit capillaire pour nourrir mes cheveux. Si je ne l’emporte pas, c’est la catastrophe (rires) ! Côté make-up, en général je ne me maquille pas énormément : un correcteur, un peu de poudre, du mascara me suffisent.

Avez-vous une icône beauté, un modèle féminin ?

Flora Coquerel : Parmi les Miss, on m’a souvent comparée à Sonia Rolland. C’est une Miss que j’admire beaucoup. Elle a cette double casquette de femme active, avec le cinéma, la réalisation etc. (Sonia Rolland a joué pour le petit et le grand écran et a réalisé deux documentaires en 2014, ndlr), et elle est aussi engagée auprès d’associations. Sonia Rolland est une inspiration pour moi. En dehors des Miss, j’aime beaucoup Angelina Jolie, quasi pour les mêmes raisons. C’est une femme qui agit, qui se déplace, et concrétise ce qu’elle dit sur le terrain. C’est une femme forte, qui malgré ses problèmes de santé, reste une superbe mère de famille et une grande actrice. Je l’admire beaucoup.

Découvrir l’association de Flora Coquerel :

Kelina.fr


Plus de Portraits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *