DEBAT: De la difficulté des cheveux afro au travail ?

Accueil » Actualités » DEBAT: De la difficulté des cheveux afro au travail ?
Cliquer sur la photo pour l'agrandir

L’artiste afro-américaine Endia Beal s’est penchée sur la question des minorités au travail, et plus particulièrement sur la représentation des cheveux afro dans le milieu de l’entreprise. Explications d’une œuvre aussi déroutante qu’engagée.

On a toutes été confrontées aux mêmes moments gênants au travail. Ceux où nos cheveux se retrouvent au centre de toutes les attentions, et où le fameux « je peux toucher ? » devient un poncif entonné à l’envi. Ce sujet est au cœur de l’œuvre d’Endia Beal. L’artiste américaine s’est fait un nom en 2013 grâce à la série photo « Can I touch It ? ». Avec ce projet illustrant des femmes caucasiennes aux coiffures typiquement afro (cornnrows, waves etc.), la photographe avait mis le doigt sur la question des minorités au travail, tout en invoquant les difficultés pour les femmes noires américaines à s’intégrer au naturel parmi la majorité blanche. Cette fois, Endia Beal revient avec une vidéo quelque peu désarmante, un recueil d’impressions de ses collègues confrontés à leur propre maladresse.

(c) Endia Beal - "Can I touch it"

(c) Endia Beal – « Can I touch it »

Marginalité vs intégration

Dans une interview accordée au site Fader, « l’artiviste » explique la genèse de son travail. « J’étais la seule minorité dans mon équipe, et il n’y avait que très peu de minorités représentées à mon étage ; donc je me suis sentie mal à l’aise. Tout le monde était très gentil, mais j’avais l’impression d’être invisible. Je me suis alors posée la question suivante, « comment gérer ce malaise ?  » (…), cette impression d’être une outsider ». Et celle-ci d’ajouter : « Mes collègues étaient vraiment fascinés par mon afro, véritablement ». La jeune femme s’est vite rendue à l’évidence : « en arborant des cheveux lissés, je me retrouvais en quelque sorte dans la norme, en accord avec l’environnement qui m’entourait. Or, quand je laissais mes cheveux tels que je les porte d’ordinaire, je me retrouvais au zoo ». Endia Beal se compare volontiers à un animal de foire, suscitant la curiosité des autres: ici les cheveux afro au travail appellent à être caressés. Un constat amer qui conduit l’artiste à pousser ses collègues masculins à se confronter à leurs propres ressentiments. Des impressions qu’elle décide de capturer.

 

Une performance au quotidien

Dans cette vidéo coup de poing, le discours de l’artiste et les témoignages des collègues surfent sur la thématique du spectacle, quand ils ne frôlent pas la métaphore du viol. En témoigne d’abord l’introduction, soit un gros plan sur la bouche d’Endia Beal scandant les punchlines suivantes : « Je suis sur le chemin du travail, c’est toujours une performance ; je me représente sur scène pour eux et je les laisse se donner en spectacle pour moi. Aujourd’hui, je vais les laisser me toucher, je sais qu’ils le veulent, ils me l’ont dit au travail. Je suis sur le chemin du travail, et je m’apprête à me représenter pour eux. Je vais les laisser me toucher. Je sais qu’ils aiment ça. Je suis sur le chemin du travail ». Parmi les impressions des collègues, on peut entendre : « C’était en réalité très inconfortable, c’est quelque chose dont je n’ai pas l’expérience, ni quelque chose que j’aime faire, cette espèce de rapport physique violent ». Ou encore : « Cela m’a semblé très voyeuriste et gênant de le faire à la cafétéria ; Je me souviens m’être senti bizarre, simplement parce que je n’avais jamais senti ses cheveux comme cela auparavant. Je me souviens de l’odeur de son spray (…) ; J’ai eu l’impression de faire quelque chose que je n’étais pas censé faire, mais j’avais quand même envie de le faire (…) ». Malgré l’embarras audible de ses acolytes, Endia Beal a avoué que ce projet avait abouti sur quelque chose « de positif », et qu’elle en était ressortie « avec plus de réponses ». Saisissant.

(c) Endia Beal

Endia Beal et ses cheveux naturels

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit photo image en Une: Endia Beal

 

SUR LE MEME SUJET


Inspiration coiffures de bureau : Les personnalités du PAF

Cacher les commentaires

One thought on “DEBAT: De la difficulté des cheveux afro au travail ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *