Nadeen Mateky : la coiffe africaine à l’honneur

Accueil » Actualités » Nadeen Mateky : la coiffe africaine à l’honneur
Cliquer sur la photo pour l'agrandir

La coiffure ? La franco-congolaise Nadeen Mateky en a fait un art. Portrait d’une styliste capillaire qui met tout son talent au service du cheveu afro, en lui redonnant ses lettres de noblesse.

Nadeen MatekyNadeen Mateky fait partie de celles qui ont décidé de vivre leur passion loin des sentiers battus. Originaire du Congo, Nadeen nait à Brazzaville et grandit à Paris. C’est à 4 ans seulement qu’elle rejoint la capitale française avec sa famille. Mais c’est bien l’Afrique, « sa mère patrie » qui nourrit la trentenaire depuis toujours. Et depuis 14 ans précisément dans l’exercice de son métier. Elle continue régulièrement à faire des allers-retours Paris-Brazza, et à sillonner les territoires africains pour y rapporter des éléments inspirants et confectionner des réalisations capillaires aux confins des coiffes africaines ancestrales. MCA a échangé avec cette coiffeuse de studio d’exception.

 

Nadeen Mateky : « montrer que le cheveu afro est noble » !

Nadeen Mateky n’est pas une coiffeuse comme les autres. Elle n’a ni suivi un parcours classique, ni une formation dès son plus jeune âge qui l’aurait amenée à exercer la coiffure dans un salon.

> La coiffure, une passion transmise par sa grand-mère au Congo

C’est la coiffure qui est venue à elle. D’abord via sa grand-mère. Cette dernière lui a donné le goût et transmis son savoir-faire du cheveu. « Quand les autres petites filles jouaient à la poupée, je jouais sur les cheveux de ma grand-mère », se souvient Nadeen avec affection. Si la jeune femme s’est néanmoins formée sur le tard à l’Ecole Internationale de la Coiffure à Paris (EIC), c’est en 2001 qu’elle a le déclic. « J’ai rencontré une maquilleuse de mon voisinage, qui travaillait pour une chanteuse. J’avais déjà pour habitude de la coiffer à mes heures perdues. Quand je l’ai vu évoluer dans le milieu artistique, cela a été le déclencheur ».

> Les premiers pas de Nadeen Mateky vers la coiffure artistique

Encouragée par son amie, Nadeen n’a alors qu’une idée en tête : intégrer la sphère privilégiée des coiffeurs artistiques. Travailler dans un salon ? Peut-être plus tard. Raison pour laquelle Nadeen Mateky a tenu à passer son BP pour envisager un jour de monter sa propre structure… Quand cette « vie chargée d’adrénaline et propre au milieu artistique » la lassera. Mais rien n’est moins sûr. Parce que, ce qui anime avant tout Nadeen c’est la création, « participer à des shows de coiffure, parler du cheveu, et montrer les différentes coiffures qu’on peut réaliser avec le cheveu afro » en lui redonnant ses lettres de noblesse. « La résultante de l’esclavage a fait qu’on a longtemps dénigré le cheveu afro et toujours dit qu’il était un cheveu difficile, pas beau. Au contraire ! C’est un cheveu magnifique et noble. Mon but est de montrer qu’on a la possibilité de réaliser toutes sortes de coiffures avec ».

Nadeen Mateky

Nadeen Mateky à l’ouvrage

La coiffure artistique : de Shy’m à Kelly Rolland

Le parcours de Nadeen Mateky est jalonné d’expériences riches et enthousiasmantes. En marge de ses créations artistiques, la coiffeuse étoilée s’occupe des chevelures d’une belle brochette d’artistes issus de l’industrie musicale, allant de Shy’m – sublimée pour l’une de ses pochettes d’albums – à Cathy Guetta à l’occasion des NRJ Music Awards, en passant par Kelly Rolland ou encore Alicia Keys (rien que ça) ! Récemment, Nadeen a confié avoir travaillé la mise en beauté des cheveux de Sonia Rolland pour les pages des magazines Divas et Amina. Elle a également participé à des éditos mode pour Elle magazine. Quand on lui demande comment elle est parvenue à collaborer avec des artistes de renom – on imagine que son talent y est pour quelque chose – Nadeen préfère nous répondre, non sans ironie que «  dans ce milieu, il faut être un couteau-suisse » ! Le fait d’avoir plusieurs cordes à son arc, de pouvoir maquiller et coiffer – elle produit ses propres photos et s’occupe de sa direction artistique – lui a permis de multiplier ses chances de travailler sur de beaux projets et de faire des rencontres professionnelles stimulantes avec des artistes françaises et américaines. En clair, Nadeen s’est fait un nom dans la profession, « même si la concurrence est rude et que le milieu reste fermé : il faut savoir être fidèle, établir une relation de confiance – je retravaille souvent avec les mêmes personnes – garder sa touche personnelle et être une battante aussi » !

Nadeen Mateky

(c) Benseng – modèle : Koomba Gassama – Stylisme capillaire Nadeen Mateky

La tradition des coiffes africaines avant tout

L’esprit combatif : un trait de caractère indissociable de cette passionnée de l’histoire des reines africaines : « ces femmes avaient le plein pouvoir dans leur village. Elles étaient les cheffes et se battaient contre les colons et pour leur territoires, leur familles et de vraies valeurs. J’aime le côté spirituel et social qui se cache derrière ces coiffes de reines d’Afrique ». Ecouter Nadeen parler de sa passion, c’est découvrir une femme engagée voire féministe, qui ne réduit pas la beauté qu’à sa simple fonction esthétique : « accepter son cheveu c’est aussi s’accepter en tant que femme, une femme battante. Il ne faut pas oublier qu’on est des reines ». Nadeen Mateky puise ses influences dans l’histoire de la femme africaine à travers les siècles, quand cette dernière « portait le cheveu fièrement dressé sur la tête ». La coiffe africaine comme véritable parure sociale reste le fil rouge du processus créatif de cette virtuose du cheveu, qui met en lumière tout le patrimoine de la beauté africaine en allant dénicher des lianes, et des perles du Nigéria ou du Bénin. Des matériaux que Nadeen ramène au détour de ses nombreux voyages pour habiller ses réalisations et qu’elle présente lors de défilés et autres événements comme le Salon Boucles d’Ebène. Et quand la jeune femme constate qu’aujourd’hui cette fierté à arborer son cheveu naturel est de retour, elle ne peut que se réjouir : « la femme africaine assume à nouveau son cheveu naturel, elle le laisse libre ou le tresse et réalise des nattes collées, je trouve cela super ». Un constat qui cristallise le message véhiculé à travers les créations capillaires de Nadeen.

Nadeen Mateky

(c) Benseg – stylisme capillaire Nadeen Mateky

Ce qu’on peut encore souhaiter à Nadeen Mateky ? Coiffer Erykah Badu ! « C’est véritablement un rêve de coiffer cette femme, elle porte merveilleusement bien nos coiffures. On se demande toujours où elle trouve toutes ses idées. Si un jour je parviens à la coiffer, je sais que j’aurais honoré mon travail » !

Nadeen Mateky

(c) Benseg – styllisme capillaire Nadeen Mateky

Nadeen Mateky

(c) georges Alexandre – Coiffure, collier, manchettes, direction artistique Nadeen Mateky

 

SUR LE MEME SUJET


DOSSIER : Qui sont les hairstylists des princesses R&B ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *