Quelles différences entre un lissage et un défrisage ?

Accueil » Conseils » Quelles différences entre un lissage et un défrisage ?
Cliquer sur la photo pour l'agrandir

Résultat lisse ou ultra lisse, processus chimique ou dit « non chimique », transformation de la structure du cheveu ou non. Quelles sont les véritables différences entre un lissage et un défrisage ? MCA fait le tour de la question avec l’avis de spécialistes.

Lissage ou défrisage : une question de méthode

L’une est dite « semi-permanente », elle ne modifierait pas la structure interne du cheveu, l’autre, « permanente ». Explications.

> Le lissage, une méthode thermale « semi permanente »

Les innovations en termes de lissage fleurissent. Du lissage brésilien au Japonais, en passant par le New-yorkais, le Coréen et le Français : les appellations vont bon train. Le lissage sur cheveux afro passe par une méthode dite thermo-lissante. Ce processus est censé détendre le cheveu grâce au passage de la chaleur, et ne pas modifier – selon les idées reçues – la structure interne du cheveu. Néanmoins, « si on utilise une solution active (un produit alcalin doté d’un pH supérieur à 7, ndlr), combinée avec de la chaleur : on crée une transformation au niveau de la structure du cheveu », avertit Taj, coiffeur responsable du salon Hairy Taj et formateur de la marque Avlon. Tout n’est qu’une question d’intensité : la transformation pouvant être « temporaire, semi-permanente, permanente ». Leslie Fossier, chef de produit des Laboratoires Activilong, recommande de lisser les cheveux au maximum deux fois par semaine, avec une température idéale de 180°. Elle précise qu’il est préférable « de passer le lisseur deux fois maximum sur chaque mèche, puis d’appliquer un soin thermo-protecteur pour éviter d’abimer la chevelure ».

différence entre un lissage et un défrisage

© clutchmagonline.com

> Le défrisage : une méthode irréversible

Le défrisage repose quant à lui sur une méthode dite permanente ou définitive, qui ne nécessite pas de chaleur (brushing ou passage du fer). « Sa formule chimique modifie définitivement la texture originelle des cheveux. Ils deviennent donc raides et ne friseront plus », explique Leslie Fossier. Et de poursuivre : « Les défrisages à base d’alcalin (la plupart des défrisants pour cheveux afro avec ou sans soude, ndlr) ont un effet irréversible sur le cheveu car ils rompent les ponts disulfures (liaisons qui fixent la forme du cheveu, ndlr) ». Pour retrouver sa nature de cheveu originelle, le big chop est alors de rigueur.

« Les défrisages à base de thiolé (produits de lissage pour les cheveux de type caucasiens ou asiatiques comme le lissage coréen, ndlr) permettent au contraire d’assouplir et de réduire le volume de la chevelure. Le résultat est donc réversible dans le temps », complète la chef de produit. Il est important de noter que ces deux actifs ne sont pas compatibles entre eux, il ne faut jamais utiliser l’un après l’autre sur le même cheveu au risque de causer sa cassure.

 

Lisser ou défriser : un tratiement VS un processus chimique ?

Les différences entre un lissage et un défrisage vont aussi se jouer sur l’aspect marketing. Le lissage est « vendu » comme un traitement qui va agir sur la brillance et la souplesse du cheveu. Associé à la kératine, on le présente comme une solution soignante souvent enrichie en ingrédients naturels. A la différence, du défrisage sur cheveux afro – victime de sa mauvaise réputation – qui lui provoquerait casse et sécheresse du cheveu. Autre différence mais même degré d’inquiétude dans la pensée collective : la présence de formole dans les solutions lissantes, et de soude dans les formules défrisantes.

> Le lissage et les composants

Sur de nombreux kits, on peut lire la mention « keratin treatment » (traitement à la kératine). Toutefois, dans la majorité des produits « il s’agit de kératine synthétique ou prélevée dans le plumage d’animaux, et ensuite appliquée sur le cheveu avec un apport de chaleur extrêmement élevé – il faut énormément de chaleur pour dissoudre ces kératines de synthèse et qu’elles s’agglomèrent aux cheveux » analyse Taj. Il complète : « Le fait d’utiliser ces chaleurs ultra intenses sur un cheveu mouillé – selon le processus – entraîne des conséquences sur la structure interne du cheveu. On a une belle cosméticité, mais en interne on crée des dégâts ». Raison pour laquelle la kératine n’est pas l’élément principal des solutions lissantes d’Avlon à base d’acides aminés, « l’un des composants essentiels de la kératine du cheveu ». Notre conseil à MCA est de bien lire les étiquettes et de se tourner aussi vers la kératine végétale, constituée à base de protéine de blé, de soja ou de maïs. Toutefois, cette option se fait encore très rare.

> Le cas du formole dans les lissages

Le formole est quant à lui « une substance qui facilite la répartition, la dissolution et l’accrochage de la kératine de synthèse sur le cheveu, explique Taj. C’est un agent qui sert de catalyseur dans le lissage brésilien. Mais, le problème c’est que cet agent est volatile et corrosif pour les voies respiratoires, surtout pour les praticiens, les coiffeurs, qui inhalent la substance en la manipulant ». C’est pourquoi des dérivés ont été mis en place. « Dans le kit de lissage Actiliss, nous utilisons la carbocysteine, encore appelée cystéine, à la place du formole. Cet actif qui permet d’ouvrir les écailles, se fixe sur les ponts disulfures au niveau de la kératine, et préserve donc la nouvelle forme du cheveu. », explique Leslie Fossier. Présente dans de nombreuses formules de lissage, si ce n’est la majorité d’entre elles, la cystéine ou carbocysteine est un agent actif à base d’ammoniaque ou d’acide thioclyquolique qui va détendre les cheveux.

> Défrisage : l’épineuse question de la soude

 

Défrisage sans soude

Défrisage sans soude (c) Dark and Lovely

Du côté des défrisages : le débat continue à faire rage entre les versions avec et sans soude (lire l’avis du coiffeur Taj à ce sujet). Pourtant, toutes les formules défrisantes contiennent de l’hydroxyde de sodium. « Les formules de défrisages avec soude – la majorité des gammes de défrisants professionnels comme Mizani, Design Essentials ou Avlon utilisées en salons, ndlr – ont un pH plus haut avec des risques de picotements et de rupture du cheveu plus élevé. Néanmoins, les bons praticiens maîtrisent parfaitement cette technique (précision du minutage, application sur les zones non sensibles etc.) », relativise Leslie Fossier. La formule dite « sans soude », c’est-à-dire celle des kits commercialisés par la plupart des marques comme Dark and Lovely, Botanicals ou Organic vendues dans le commerce, repose sur un « système de bi-composition carbonate de guanidine et hydroxyde de calcium ; une avancée technologique majeure qui permet d’obtenir un résultat optimal avec des agents plus doux » explique Leslie. Néanmoins, « s’il est plus doux que le défrisage à base de soude, son inconvénient réside dans l’utilisation de l’hydroxyde de calcium qui a tendance à dessécher la chevelure », éclaire la chef de produit. Cette dernière tient à souligner que les kits Activilong « ont solutionné le problème en apportant des ingrédients ultra-nutritifs compensateurs ainsi qu’un processus de régulateur cuticulaire (la couche externe des cheveux, ndlr), qui stoppe immédiatement l’action du défrisant. Restructurant, il compense les zones poreuses ».

Différences entre un lissage et défrisage sur le résultat final

Lisse, extra lisse, souple, effet casque : tour d’horizon des résultats des deux méthodes sur les cheveux à court et long terme.

> La cosméticité d’un cheveu défrisé

Vous l’aurez compris, le défrisage permet d’obtenir un cheveu lisse, sans passer par la case brushing et autres manipulations à l’aide d’un fer. Les résultats peuvent être très seyants. Toutefois, sans une bonne routine, le cheveu peut, à terme, devenir terne, cassant, asséché et perdre de son élasticité. Il faut compter environ 3 mois de tenue avant de retravailler les racines. Néanmoins, « on a aujourd’hui d’autres moyens comme le lissage qui permettent d’obtenir une matière lisse extrême sans passer par le défrisage », admet Taj.

> L’entretien du cheveu défrisé

Selon Leslie Fossier, l’entretien du cheveu défrisé passe par la restauration des défenses du cheveu : « le secret est l’hydratation au quotidien ». Cette dernière précise que « les meilleurs ingrédients pour les cheveux défrisés sont les produits à base de protéines et vitamines comme les huiles de jojoba, d’olive ou encore de karité ». Quant à la question des ingrédients naturels pour reconditionner la structure initiale du cheveu, les laboratoires Activilong nuancent : « il n’est pas obligatoire de n’utiliser que des ingrédients naturels pour avoir des cheveux sains et en bonne santé. Il y a des produits dans le commerce qui font très bien leur travail. Néanmoins, certains actifs sont à proscrire pour préserver la santé du cheveu lissé ou défrisé comme le sulfate ou la paraffine.

> Cheveu lisse : le rendu

fer à lisser et les différents styles

Les différents résultats styles après passage des plaques (c)totalbeauty.com

Le lissage thermal, accompagné aussi d’une bonne routine, rend le cheveu brillant. La plupart des marques comme Design Essentials, Activilong etc. proposent une gamme complète composée au moins d’un shampoing doux sans sulfate et d’un soin thermo-protecteur, appelé aussi « thermal therapy ». Un lissage bien réalisé peut avoir une tenue de 12 semaines ( formule semi-permanente). « Le soin thermo-protecteur, grâce à ses actifs, permet de prolonger la durée du lissage et limite la formation des frisottis », détaille Leslie Fossier. A noter que de son côté, Taj ne conseille pas le lissage brésilien pour le cheveu de type afro ou frisé. Cette méthode « a été testée en labo sur cheveux caucasiens et fonctionnera donc davantage sur ce type de cheveux ayant des caractéristiques mécaniques correspondant à ces formulations » (lire à ce sujet l’avis de Sophie, spécialiste du lissage au salon David Bralizz). D’où la nécessité de bien connaître les différentes spécificités du lissage dit brésilien (qui est avant tout un soin), et ses attentes en termes de style.

> Cheveux lissés : la routine d’entretien

Comme pour la majorité des routines, quatre étapes sont nécessaires : laver, soigner, hydrater et coiffer. Leslie recommande de laver les cheveux une fois par semaine, toujours à l’aide d’un shampooing doux sans sulfate : « ce type de shampooing permet de préserver le sébum et la kératine présents sur le cheveu afin d’éviter l’assèchement de la chevelure et la casse ». Il convient ensuite d’appliquer une fois par semaine un masque capillaire et de le laisser reposer au minimum 15 minutes. « Ce soin permettra de nourrir en profondeur le cheveu, de l’hydrater et de le renforcer ». Une semaine sur deux, un soin protéiné est recommandé pour aider les cheveux à se reconstituer et se renforcer. La phase d’hydratation passe par l’application quotidienne d’un soin sans rinçage hydratant non gras sur les longueurs et d’un sérum sur les pointes. Conseil de Leslie Fossier à nos lectrices : « Séchez toujours vos cheveux avant de les lisser, cela permet de réduire l’impact de la chaleur et surtout d’éviter de les bruler ».

 

Pour résumer, les différences entre le lissage et le défrisage peuvent in fine paraitre minces sur certains aspects. Dans les deux cas, il s’agit d’une méthode qui dénature la matière bouclée ou frisée initiale pour la détendre ou la rendre lisse. La nuance entre les deux processus va se jouer sur le court, le moyen ou le long terme (lissage), et le définitif (défrisage). Pour certains professionnels à l’exemple de la spécialiste du lissage Sophie du salon David Bralizz, (lire son avis ici), le lissage est le nouveau défrisage. Les avancées technologiques ont rendu ce dernier terme désuet, malgré sa popularité. On voit bien qu’en matière de soins aussi, les similitudes existent – l’hydratation étant la base dans tous les cas de l’entretien d’un cheveu lisse. En clair, les différences entre un lissage et un défrisage demeurent en grande partie dans le choix du résultat escompté et la routine de coiffage. Le défrisage restant la solution la plus confortable pour celles qui souhaitent échapper à la contrainte des brushings réguliers.


SUR LE MEME SUJET

> Défrisage avec ou sans soude : l’avis de Taj, du salon Hairy Taj

> Faire son lissage en salon, éclairage d’une spécialiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *