Histoire de marque : La révolution Mizani !

Accueil » Salons » Actualité pro » Histoire de marque : La révolution Mizani !
Cliquer sur la photo pour l'agrandir

Aujourd’hui poids lourd des soins capillaires dédiés aux cheveux bouclés, frisés et crépus, la gamme Mizani est une référence pour toute une génération de consommatrices. Histoire d’une marque qui a su révolutionner les codes du marché, convaincre les professionnels et leurs clientes.

La gamme Mizani est l’une des premières du genre à avoir offert aux professionnels les moyens de traiter et coiffer chaque type de cheveu. Née de l’alliance entre Redken Laboratories et Softsheen Carson, elle a su profiter de l’expertise du cheveu texturé (bouclé, frisé, crépu) des deux maisons. A commencer par le catalogue iconique du groupe Softsheen Carson, campé à Chicago – temple du cheveu afro – regroupant les produits chouchous de toute une génération de consommateurs afro-américains : Magic côté hommes, et surtout Dark and Lovely et Optimum Care pour les femmes, également habituées à entretenir les cheveux de leurs bambins avec Beautiful Beginners. Coup de génie dix ans plus tard. Mizani rejoint la division américaine de L’Oréal Professional. Le géant de la cosmétique fait donc de Mizani une marque mondiale au service de la clientèle afro. Et y investit plusieurs millions de dollars. La révolution est en marche. Aujourd’hui destinée à toutes les femmes d’origine africaine (Antillaises, Maghrébines et métisses), Mizani a étendu son offre pour satisfaire les besoins de toutes les natures bouclées, frisées et crépues, au-delà des frontières américaines : du Royaume-Uni à l’Afrique du sud en passant par les Pays-Bas et bien sûr la France.

ET MIZANI CREA UNE REFERENCE DE SOINS CAPILLAIRES « ETHNIQUES »

La gamme Mizani a pour principal mot d’ordre : l’équilibre entre beauté et innovation (elle tire son nom du Swahili signifiant « équilibre »). Et ceci de passer par un bon dosage entre humidité, force et flexibilité dont les cheveux texturés ont besoin pour être en pleine santé.

Mizani france

(c) Mizani

> Une gamme en phase avec les besoins des consommatrices

Que les cheveux soient naturellement bouclés, frisés ou traitées chimiquement (coloration et défrisage), des technologies personnalisées sont en constant développement au L’Oréal Institute for Ethnic Hair & Skin Research : premier et unique centre de recherche L’Oréal basé dans le New Jersey et dédié à l’étude de la peau et des cheveux des populations ethniques. La recherche concentre, et ce depuis les débuts de l’aventure Mizani, ses efforts sur la maîtrise du processus de défrisage des cheveux afro-américains et afropéens. En plus des défrisants, l’institut s’attèle à l’innovation des traitements, shampoings, conditionneurs et autres produits coiffants aux ingrédients d’origine naturelle et testés sous contrôle dermatologique. En clair, enfin une gamme complète et spécialiste des cheveux afro-caribéens emmenée par une équipe de physiciens, biologistes, chimistes et dermatologues, pour catapulter le marché.

> Du mass market au produit haut de gamme

 Mizani comprend que la consommatrice afro-américaine est une cliente de choix. 2001 : date clé pour la gamme qui repense son positionnement. Mizani devient une marque « premium ». Elle est relancée aux USA par la division américaine de L’Oréal Professional. Objectif : préparer son développement à l’international, et particulièrement en Europe. En 2005, la France s’aligne sur l’offre et l’excellence américaine, et comble ainsi l’absence de lignes ciblées et expertes sur le marché. La gamme convainc les professionnels et leurs clientes. On la retrouve peu à peu dans des salons de niche et d’excellence dédiés aux cheveux texturés, comme au salon de Gilles Boldron, ancien formateur SoftSheen Carson et Mizani. Et dans les concept stores de beauté globale tels que Mix beauty, Niwel ou Colorii.

> Mizani : un outil crucial pour les professionnels

Mizani sonne le glas des catastrophes liées aux mauvaises technologies défrisantes. Les produits s’accompagnent d’outils pédagogiques et d’un processus complet pour sensibiliser les professionnels aux bonnes méthodologies et respecter le cuir chevelu des clientes. Les équipes introduisent le diagnostic dans les salons. Le service de défrisage Butter Blend de la gamme est précédé d’étapes à suivre : évaluation de l’état du cheveu et du cuir chevelu, protection et pré-traitement. Une éthique basée sur les technologies avancées transmises par la recherche pour la crème des coiffeurs : les ambassadeurs de la marque.

UNE TECHNOLOGIE AVANCEE POUR UN LOOK DE STAR

 

Ciara lise - César Ramirez

Ciara mise en beauté par César Ramirez (c) Instagram @ciara

Le succès de la ligne Mizani n’est plus à prouver. Sous l’égide de célèbres stylistes capillaires, les stars affichent des créations « haute coiffure ».

> Le combo égérie-ambassadeur

 

Mizani - Shingai Shoniwa

(c) Mizani – Shingai Shoniwa

En témoignent les réalisations signées César Ramirez, expert des produits Mizani, pour Ciara lors des BET Awards 2015. Les cheveux de la starlette sont modelés vers l’arrière après lissage, à l’aide de la cire Defyne Wax et l’utilisation de l’huile Supreme de Mizani qui vient à bout des frisottis, pour une signature red carpet. Sans compter sur un deuxième look résolument naturel révélant les boucles de la chanteuse, sublimées grâce à la gamme True Texture. Mais l’Europe n’est pas en reste. Outre Manche, des muses de choix ont été élues pour représenter la ligne à l’instar de l’Anglaise originaire du Zimbabwe Shingai Shoniwa, leadeuse du groupe The Noisettes en 2013 : une égérie rock, représentative de l’esprit dandy chic britannique version underground. Une autre chanteuse UK reprend le flambeau l’année suivante, en la personne de Beverly Knight. A travers le style de ces égéries, la diversité du cheveu afro est représentée – le naturel avec un hightop fade ultra graphique, et le lisse révélant brillance et mouvement – ce qui confère à Mizani son savoir-faire global. En France, le visage Mizani est incarné par Inna Modja depuis 2011. Dans un communiqué de presse, le directeur général de Mizani Pascal Giliberti avait qualifié sa rencontre entre la musicienne et la marque comme « un coup de foudre ». Il avait confié avoir immédiatement été séduit par « la beauté fraîche et naturelle d’Inna, qui assume avec fierté sa petite boule afro ». Soit une belle matière à sublimer pour Alexis Rosso, styliste capillaire et expert de la maison, à l’origine des mises en beauté de l’artiste franco-malienne. Une formidable vitrine pour la marque.

> Une prestation haute coiffure accessible à toutes

 

Inna Modja et Alexis Rosso

Inna Modja et Alexis Rosso (c) Instagram @alexisrosso

Le binôme que forment Inna Modja et Alexis Rosso participe à la notoriété de la marque en France. Adepte du lait coiffant Termastrenght composé de beurre de karité et de céramides fortifiantes, et du sérum Thermasmooth Guard enrichi en huile de coco pure, le coiffeur révèle la beauté des cheveux originelle de la musicienne dans les différentes campagnes Mizani. En attestent les looks créés sur cheveux naturels allant de l’afro libre, souple et éclatante, aux audacieux chignons coqués. Des styles capillaires qui se retrouvent aussi dans des éditos de mode ou à faire la couverture des magazines féminins. Une stratégie de communication rondement menée par la gamme, qui fait des envieuses chez les consommatrices, souhaitant elles aussi afficher le même style que l’icône. Adopter la routine d’Inna Modja devient possible. Cette dernière ne jure que par les soins de la ligne Curl Recharge de True Textures pour définir ses boucles, et celle de Supreme Oil. Une collection recommandée par Yannick Salblot, spécialiste des cheveux afro et responsable du développement Mizani, pour son apport nutritif. En moins d’un quart de siècle, Mizani est devenue la référence des soins capillaires bouclés, frisés et crépus, permettant à madame tout le monde de s’offrir des prestations professionnelles et dignes des stars !

Crédit photo en Une: Inna Modja (c) Mizani, mise en beauté par Alexis Rosso

SUR LE MEME SUJET


>Recontre avec Alexis Rosso, internevant à L’Ecole de Paris

>Gilles Boldron: Portrait d’un expert polyvalent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *