Murielle Kabile : entre haute coiffure et DIY

Accueil » Actualités » Murielle Kabile : entre haute coiffure et DIY
Cliquer sur la photo pour l'agrandir

Coiffeuse artistique, fondatrice du concept AKM et créatrice de robes « haute coiffure », Murielle Kabile est à l’origine de projets aussi ambitieux que résolument ancrés dans leur temps. A l’exemple du Hair Challenge qu’elle a organisé le 13 février au Viaduc des Arts à Paris. Entretien.

Murielle Kabile parvient à faire le pont entre réalisations capillaires d’exception qu’elle présente lors de défilés et autres shows, et créations simples et express à destination du grand public. Coiffeuse artistique depuis plusieurs années, elle réinvente l’univers de la coiffure en repoussant les limites du secteur. Et en s’appropriant les codes de l’art contemporain. En témoigne les robes couture en cheveux synthétiques qu’elle confectionne, signées Hair du Temps. Entrepreneuse dans l’âme, Murielle a fondé en 2013 le concept AKM Design Evolution, un collectif de professionnels de la mode, de la beauté et de la coiffure, qui lui permet de cristalliser ses envies les plus audacieuses, de mettre en forme et en image son savoir-faire. Un savoir-faire qu’elle n’hésite pas à insuffler aux professionnels comme aux amateurs, notamment dans le cadre de tutoriels en direct baptisés Hair challenge. La première édition a eu lieu le 13 février dernier au Viaduc des Arts. Retour sur cet événement coiffure bien ancré dans son temps avec Murielle Kabile.

murielle kabile

Murielle Kabile et son modèle lors du Hair Challenge, le 13 février

Vous avez emmené la première édition du Hair Challenge avec l’équipe de AKM. Quelle idée se cache derrière ce projet ?

Il s’agit en réalité de la deuxième édition, mais le nom a changé. L’année dernière j’ai organisé l’événement « Tuto en live » qui s’articulait autour de la même idée : montrer que l’on peut construire les mêmes coiffures sur une base capillaire différente, tout en donnant des cours devant un public constitué à la fois de professionnels et d’amateurs. C’était une volonté de ma part de dédier ces shows à tout le monde et de montrer que chacun pouvait réaliser de jolies coiffures, simples et rapides à faire. Ce premier lancement m’a permise de constater que les gens étaient très réceptifs. Cette année, j’ai décidé de baptiser l’événement Hair Challenge, car j’ai ajouté un défi et mis davantage l’accent sur les démonstrations. J’ai un savoir-faire qui s’adresse à tous les types de cheveux – Murielle Kabile a suivi une formation de coiffure dans une école européenne, et possède un Brevet Professionnel visagiste, ndlr – donc je souhaitais vraiment montrer à travers cet événement qu’il était possible de coiffer tout le monde sans distinctions ethniques. Dans la pensée collective, on a encore du mal à se dire qu’une femme noire peut coiffer des cheveux européens, et inversement. Avec le Hair Challenge, mon but est de montrer qu’à partir du moment où l’on a la technique, on peut coiffer tous les types de cheveux. Et parvenir à réaliser les mêmes coiffures peu importe la texture ou la matière capillaire. Bien sûr, le résultat va être légèrement différent selon les natures, mais j’apprends aussi aux gens à dépasser certaines frustrations.

murielle kabile

Première édition officielle du Hair Challenge organisée par Murielle Kabile et l’équipe de AKM au Viaduc des Arts à Paris ; au fond, la robe Cygne d’Or de la collection Hair du temps signée Murielle Kabile

Des coiffures express réalisées en live sous l’angle du tuto et qui s’adressent à tout le monde : est-ce que c’est ça finalement l’idée de la coiffure DIY aujourd’hui ?

Tout à fait. J’ai la chance d’être suivie par des grands magazines, européens comme afro, dans le secteur de la coiffure. Et je pense qu’il y a véritablement un message à faire passer. Aujourd’hui, on est sur des tendances afro et métissées. Or, il existe encore de nombreuses personnes en salons qui ne savent pas coiffer ces natures de cheveux. C’est une vraie problématique. Les femmes européennes qui ont des enfants métis avec des cheveux très bouclés, frisés ou crépus, n’ont pas l’habitude de se rendre chez les coiffeurs afro. Donc, il y a tout un terrain à travailler. Au-delà des soins à adopter en fonction du type de cheveu, les techniques de coiffage, même les plus simples, sont importantes à apprendre. C’est pour cette raison que j’ai voulu que les tutos du Hair challenge soient en direct. Les vidéos sur les réseaux sont géniales, il y a énormément de travail derrière, mais je trouve cela tellement dommage qu’il n’y ait pas de contact direct avec le public. Dans le cadre de la formule « live », les gens peuvent me poser des questions, participer, apprendre.

murielle kabile

Les coiffures express ont le vent en poupe. Il y a en ce moment toute une vague de réappropriations de coiffures africaines rapides comme les « boxer braids », qui ont suscité buzz et bad buzz parce qu’elles ont été vues sur des célébrités comme Kim Kardashian. Pourtant cela rejoint l’idée que tout le monde peut adopter les tendances…

Ce phénomène prouve bien qu’il n’y a plus de frontières entre les coiffures dites afro et celles dites européennes. Tout le monde s’approprie les techniques de chacun. Les Kim Kardashian et autres célébrités adoptent maintenant ce genre de tresses, mais ces coiffures ont toujours existé. Et dans énormément de cultures différentes. La génération des femmes européennes d’aujourd’hui a été coiffée avec des nattes et des couettes quand elles étaient petites filles. Idem pour les petites filles africaines ou antillaises. En tant qu’afro on s’approprie davantage ce genre de coiffures par rapport à la texture de nos cheveux. Mais aussi parce qu’à l’époque on manquait d’information pour en prendre soin, donc on les nattait. Mais avec le recul, les nattes sont universelles depuis toujours. Même si c’est dommage d’attendre de voir des célébrités pour oser adopter certaines coiffures, je trouve cela génial que les gens mélangent toutes les techniques et qu’ils s’approprient des coiffures sans avoir d’appréhension quant à leur texture de cheveux.

murielle kabile

Les quatre modèles aux natures de cheveux différentes coiffées par Murielle Kabile lors du Hair Challenge

Pour rester dans le thème des coiffures express et du DIY : que pensez-vous de la montée des bars à coiffures etc. ?

J’ai découvert le concept quand j’étais en formation chez l’Oréal. On nous avait expliqué l’idée et surtout les besoins des consommatrices à se diriger de plus en plus vers ce genre de services. Les gens n’ont plus le temps, ils se coupent les cheveux à secs et se font faire des coiffures en 5 mn. L’idée est chouette pour certaines occasions. Mais selon moi, cela reste de l’ordre du dépannage. Il ne faut pas oublier les professionnels et leur savoir-faire. On est là pour coiffer mais aussi pour soigner les cheveux, accompagner et conseiller. Les bars à coiffures sont un accessoire supplémentaire. Il manque la partie éducation. Avec les Hair Challenge, je propose aux personnes qui n’ont pas les moyens d’aller tout le temps chez le coiffeur de pouvoir apprendre à se coiffer eux-mêmes le matin quand ils ont un rendez-vous important, ou pour toutes autres occasions spéciales.

Les techniques de coiffures ne sont pas à la portée de tous. Malgré l’explosion des tutos, tout le monde ne parvient pas à réaliser des tresses collées par exemple…

Oui, réaliser des nattes couchées seule n’est pas évident. Je suis un peu la reine de la triche à ce niveau-là. Dans la mesure où je fais de la coiffure artistique, je réalise des structures éphémères. A travers les shows comme le Hair Challenge, j’enseigne comment monter une tresse sans passer par la technique des tresses collées. En dehors du manque d’expertise, il y a aussi des gens qui ne supportent pas les faux cheveux et d’autres que ce soit tiré à la racine. Je vais donc apporter de nouvelles idées, une solution sans passer par la racine, le tressage mèche par mèche à même le cuir chevelu, en proposant une base du coiffage déjà montée sur laquelle il n’y a plus à tresser. Cette structure peut se retirer le soir avant de dormir. Et visuellement, elle est invisible. J’avais déjà présenté cette technique à la Black fashion Week l’année dernière et elle avait eu un franc succès. Ce sont ces retours qui m’ont amenée à vouloir transmettre aux autres les coiffures que je réalise moi-même en artistique. Mais dans une version plus simple pour qu’elles soient faciles à porter tous les jours.

murielle kabile

Structure de mèches créée par Murielle Kabile pour la confection de nattes collées : ici les fameuses « boxer braids »

Vous concernant, vous êtes plutôt adepte de fantaisie capillaire. Vous aimez vous amuser avec vos cheveux…

Oui ! Je m’amuse parce que je les coupe régulièrement. Je fais beaucoup de couleurs, passe du rose au violet. Je peux me lever un matin, et me raser le crâne ! Je fonctionne selon mes humeurs, comme pour mes créations capillaires ou mes robes signées Hair du temps, (Murielle Kabile a suivi une formation dans une école de stylisme spécialisée dans le cuir, et a eu l’occasion de présenter l’une de ses créations au Festival de Cannes en 2015, ndlr).

murielle kabile

Robe en mèches synthétiques et tressages signée Murielle Kabile – collection Hair du Temps, direction artistique AKM

Un mot pour définir votre univers ?

Avant-gardiste !

 

Découvrir l’univers de Murielle Kabile :

Et rester informé des futurs événements, rendez-vous sur la page Facebook de AKM Design Evolution.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *